Nav small

Tourisme aux États-Unis : de potentiels changements

Donald Trump a été élu 45ème président des États-Unis le 8 novembre 2016. Cette élection a été ratifiée par le collège des grands électeurs le 19 décembre, et l’investiture a eu lieu le 20 janvier 2017. Son programme étant particulièrement porté sur la question de l’immigration, il est possible que les conditions d’immigration aux États-Unis évoluent dans un avenir proche. La nouvelle administration ayant désormais pris ses fonctions, quels changements sont à prévoir pour les touristes en direction des États-Unis ?

S’il est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre en ce début d’année, c’est l’élection et l’investiture de Donald Trump. En tant que touriste, à quoi devez-vous vous attendre ?

Pourquoi la politique d’immigration des USA risque d’évoluer ?

Donald Trump a été élu 45ème président des États-Unis le 8 novembre 2016. Cette élection a été ratifiée par le collège des grands électeurs le 19 décembre, et l’investiture a eu lieu le 20 janvier 2017. Son programme étant particulièrement porté sur la question de l’immigration, il est possible que les conditions d’immigration aux États-Unis évoluent dans un avenir proche. La nouvelle administration ayant désormais pris ses fonctions, quels changements sont à prévoir pour les touristes en direction des États-Unis ?

Un état des lieux

Avant de s’intéresser aux potentiels changements, il faut avoir une idée de la situation actuelle ; et avant tout, relativiser. Les portes des Etats-Unis n’ont jamais été grandes ouvertes, et les contrôles aux frontières américaines ont une réputation de sérieux et de fermeté. En ce qui concerne les travailleurs, obtenir un sponsor pour prendre un poste aux États-Unis n’a jamais été ni simple, ni facile. Par exemple, un visa H1-B ne garantit pas de rester sur le sol américain et ne permet pas au conjoint de travailler. Un visa L-1 (pour les transferts inter-entreprises), est plus souple, mais définit également une durée maximum de séjour. L’autorisation ESTA (Electronic System for Travel Authorization) — le “visa” touriste — est relativement plus accessible : c’est elle, particulièrement, qui peut être visée par une évolution de la politique d’immigration.

Un accent sur la sécurité

Parmi la nouvelle administration se trouve un nouveau chef du département de la Sécurité Intérieure. Son objectif est clair : renforcer la sécurité des voyages en direction des États-Unis, des touristes, et des citoyens américains. En soi, c’est une bonne nouvelle. Malheureusement, cela signifie plus de contrôles aux frontières de pays jugés à risque. Si la France et l’Union Européenne n’ont pas été nommément désignés comme tels par la nouvelle administration, les sous-entendus et l’escalade d’attentats sur le sol européen laissent peu de place au doute. Les formalités pour les USA peuvent donc effectivement se compliquer.

Intérêts communs et relations cordiales

Malgré cette possibilité, il est peu probable que la nouvelle administration ne passe de mesures concrètes durcissant considérablement l’entrée de touristes aux États-Unis. Les États-Unis et la France, ainsi que l’Union Européenne de manière plus générale, ont toujours conservé des relations cordiales. Ils ont également des intérêts commerciaux partagés, et des objectifs de sécurité et de lutte contre le terrorisme communs. Personne n’a intérêt à mettre ces relations à mal, bien au contraire. En outre, la ré-instauration de visas pour les Européens donnerait lieu à un embarras administratif jamais vu, si les millions d’Européens qui se rendent aux USA chaque année doivent passer par le consulat américain de leur pays. A cela s’ajouterait la réponse de l’Union Européenne, obligeant 25 millions de touristes américains par an à obtenir un visa également. Ce serait peu cohérent avec le souhait affirmé de Donald Trump de relancer l’économie américaine, économie qui s’appuie par ailleurs depuis un siècle sur le brain drain. Trump est également à la tête d’un empire hotelier, et a donc pleinement conscience de l’importance économique du tourisme.

Se faire accompagner

Il faut donc, là encore, relativiser. Valider un dossier ESTA reste une démarche administrative compliquée, et personne ne prend les formalités d’immigration aux USA à la légère. Nombreux sont ceux qui choisissent de se faire accompagner dans leur demande d’ESTA par des professionnels. Cela permet de remplir le questionnaire ESTA en bonne et due forme, et de s’assurer de la validité de l’ESTA afin de pouvoir partir sereinement. L’intérêt d’utiliser ces services est de se faire épauler à chaque étape par des experts qui ont l’habitude de remplir ce genre de formulaires, et peuvent s’assurer qu’ils seront acceptés par les services d’immigration. Il est possible de chatter directement avec eux en cas de question, et les autorisations ESTA sont envoyées par email sous 24h après avoir été validées.

Que les conditions d’immigration pour les touristes changent ou non, ces experts seront toujours là pour vous orienter dans vos démarches et vous épauler dans ces formalités.

Vous êtes fin prêts pour votre voyage aux Etats-Unis, faites votre demande d'autorisation ESTA dès maintenant. Pour plus d'informations concernant les conditions d'exemption de visa visitez notre Guide ESTA.

  • Travel 1
  • Travel 2
  • Travel 3