Nav small

5 questions sur le COVID-19 et les restrictions américaines

Les US mettent en place des restrictions de voyage pour l'Europe afin d'endiguer rapidement la propagation du COVID-19, pandémie provoquée par un nouveau coronavirus

Mars 2020 – Le gouvernement américain vient d'interdire l'entrée sur son territoire à de nombreux Européens, y compris les citoyens français, pour une période fixée à 30 jours. Cette décision a pour but de limiter la propagation du COVID-19 ou nouveau coronavirus. Elle s'inscrit dans le cadre d'un effort à grande échelle pour « aplatir la courbe », phénomène qui permettrait de ralentir la contagion. Mi-mars, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement qualifié la maladie liée au nouveau coronavirus de 2019 de « pandémie ». Les restrictions de voyage imposées aux citoyens français ainsi qu'aux ressortissants de l'espace Schengen et d'autres pays européens interviennent alors que l'inquiétude monte face au nombre de cas de coronavirus en Europe. Ces restrictions auront des conséquences à court terme pour les voyageurs éligibles au Programme d'exemption de visa ESTA qui prévoyaient de se rendre aux US durant la période d'interdiction de 30 jours, laquelle a débuté le 13 mars 2020.

Le 11 mars, le président des États-Unis, Donald J. Trump, a fait part du mandat du gouvernement américain imposant une interdiction de voyager de 30 jours :« Après avoir consulté les plus hauts responsables de la Santé, j’ai décidé de prendre plusieurs mesures fermes mais nécessaires pour protéger la santé et le bien-être de tous les Américains. » En réponse à cette directive, Chad F. Wolf, secrétaire par intérim du Département de la sécurité intérieure des États-Unis, a déclaré :« Ces nouvelles restrictions de voyage auront des conséquences pour certains voyageurs, mais cette action décisive est nécessaire pour protéger le peuple américain d'une nouvelle exposition à ce coronavirus potentiellement mortel. »

Ces restrictions de voyage temporaires s'appliquent aux ressortissants des pays de l'espace Schengen, notamment l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l'Islande, l'Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Suède et la Suisse. Le Royaume-Uni et l'Irlande en font également partie. Le gouvernement américain vient de les ajouter à sa liste et leur appliquera la même interdiction à compter du samedi 14 mars 2020.

Bien que l'ensemble de l'UE ait exprimé sa désapprobation après cette décision unilatérale, l'évolution rapide de la situation a fini par entraîner un consensus en matière de mesures d'endiguement. Désormais, les interdictions temporaires de voyage sont davantage perçues comme un moyen de remédier à la pandémie plutôt que comme une sanction. 

On observe en effet une augmentation quotidienne du nombre de cas rapportés de COVID-19 à travers l'Europe. D'après l'Organisation mondiale de la santé, la France compte 7652 cas en date du 16 mars. Le pays a pris des mesures pour endiguer la pandémie, notamment l'interdiction des rassemblements (y compris les réunions familiales et les activités sociales), le report des manifestations sportives, le passage aux cours en ligne et la fermeture des attractions touristiques, des restaurants et des bars. Le président Emmanuel Macron et son homologue Donald Trump ont convenu d'un plan d'action collective pour répondre à la menace du COVID-19. À la suite d'un entretien téléphonique avec le président américain, Emmanuel Macron a exprimé son soutien à ce plan dans un tweet :« Excellente discussion avec Donald Trump », a-t-il écrit. « Pour mieux agir face au Covid-19, prêt à coordonner notre réponse en matière scientifique, sanitaire et économique, dans le cadre de la présidence américaine du G7. »

La perturbation des déplacements internationaux est un contrecoup négatif, mais la communauté mondiale prend désormais conscience que des mesures collectives sont nécessaires pour réduire l'impact de ce nouveau virus sur les systèmes de santé locaux, régionaux et mondiaux, gérer efficacement ses conséquences et sortir de la pandémie le plus rapidement possible.

 

Top 5 des questions sur les restrictions américaines temporaires

Voici quelques questions posées par les voyageurs français éligibles au Programme d'exemption de visa (VWP) :

1. Combien de temps cette interdiction de se rendre aux US depuis l'Europe va-t-elle durer ?

La durée de ces restrictions temporaires a été fixée à 30 jours. Elles s'appliquent à compter du 13 mars 2020 et concernent toute personne ayant séjourné dans les pays de l'espace Schengen, au Royaume-Uni ou en Irlande dans les 14 jours précédant la date programmée de son arrivée aux États-Unis. La liste des pays en question peut changer ; ainsi, certains pays s'en verront certainement ajoutés ou retirés.

2. Les citoyens français actuellement aux USA peuvent-ils rentrer en Europe durant cette période de restrictions ?

Oui. Mais puisque les liaisons aériennes sont fortement perturbées par la pandémie, il est recommandé à tout voyageur muni d'une ESTA et se trouvant actuellement aux États-Unis sans visa de contacter sa compagnie aérienne pour pouvoir confirmer son départ. Alors que les informations évoluent rapidement, il faut également rester au courant des événements susceptibles de modifier les vols déjà prévus.

3. Pourquoi interdire les voyages aux citoyens français et européens en particulier ? Cela s'applique-t-il aussi au Royaume-Uni ?

Les pays actuellement concernés sont ceux faisant partie de l'espace Schengen, en plus du Royaume-Uni et de l'Irlande. La décision d'interdire l'entrée sur le territoire américain pendant 30 jours aux citoyens et voyageurs venus d'Europe repose en partie sur le fait que le vieux continent est actuellement considéré comme l'épicentre de la pandémie de COVID-19.

4. Ces restrictions auront-elles un impact sur les voyages estivaux de la France aux US, pendant la haute saison ?

L'interdiction de se rendre aux US pour les passagers européens durera 30 jours à compter du 13 mars. Nous publierons toute nouvelle information pertinente sur notre blog. Ajoutez notre blog à vos favoris dès maintenant. (LINK TO BLOG)

5. Puis-je tout de même effectuer une demande d'ESTA pour un voyage aux États-Unis ? 

Absolument ; c'est même recommandé. Votre ESTA, une fois approuvée, sera valide pendant deux ans. Les indicateurs touristiques montrent qu'une fois les restrictions temporaires levées, de nombreux voyageurs projetteront de se rendre aux USA avec une ESTA. Si, de votre côté, vous avez déjà obtenu la vôtre dans le cadre du Programme d'exemption de visa, vous n'aurez pas besoin d'attendre avant de pouvoir de nouveau voyager. 

Pour en savoir plus sur l'autorisation ESTA, qui permet de se rendre aux US sans visa, rendez-vous ici

 

Faire de la santé et du bien-être une priorité, aujourd'hui et pour le futur

Le 11 mars, le COVID-19, maladie liée au nouveau coronavirus de 2019, a officiellement été qualifié de « pandémie » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette dernière continue d'encourager les États à dresser des plans d'action ambitieux pour lutter contre sa transmission. Le Dr Mike Ryan, responsable des opérations d'urgence à l'OMS et fort de son expérience acquise au cours de l'épidémie du virus Ebola, a expliqué l'importance des mesures d'endiguement :« Agissez vite, n'ayez aucun regret. Vous devez prendre les devants. Si vous n'êtes pas proactif, le virus gagnera à coup sûr. »Il a ajouté que des mesures fermes, telles que les restrictions de voyage décidées par les US, sont désormais nécessaires :« Si vous attendez de tout savoir avant d'agir, vous ne gagnerez jamais. »  

S'organiser ensemble pour rester en bonne santé 

Tout le monde peut agir pour endiguer la propagation de ce virus et de bien d'autres. Nous faisons partie d'une commaunauté mondiale et devons prendre soin des autres comme de nous-mêmes.

 

5 conseils pour éviter la transmission du COVID-19 et d'autres virus

1. Maintenir une bonne hygiène personnelle et, en particulier, se laver les mains
Il est essentiel de se laver régulièrement les mains avec du savon (de tout type) et de l'eau tiède ou chaude. Le gel hydroalcoolique doit être utilisé quand il n'est pas possible de se laver les mains. Enfin, il est conseillé de se laver le visage chaque soir, y compris le nez et la bouche, afin d'éliminer les microbes susceptibles de pénétrer dans les poumons pendant le sommeil.

2. Nettoyer et désinfecter son environnement immédiat
Il est important de nettoyer et de désinfecter régulièrement les surfaces de nos environnements personnels et lieux de travail. Une attention particulière doit être portée aux bureaux, téléphones, claviers, plans de cuisine, poignées de robinet, interrupteurs, poignées de porte, volants de voiture, leviers de vitesse et autres surfaces du même type.

3. Éviter de se rendre à de grands rassemblements 
Durant la pandémie, il est conseillé d'éviter autant que possible les événements rassemblant de nombreuses personnes. Les organisations sanitaires et les spécialistes des maladies infectieuses sont unanimes : les grands regroupements et les périodes d'exposition prolongée augmentent les risques de transmission des virus, y compris du COVID-19 ou nouveau coronavirus. Il est plus prudent d'annuler ou de limiter la fréquentation des cinémas, des concerts, des cours, des événements sportifs et des lieux bondés.

4. Éviter tout contact avec les autres en cas de symptômes
Les personnes présentant des symptômes (toux, fièvre, fatigue, etc.) doivent impérativement s'isoler. Il est tout aussi essentiel d'éviter les contacts avec les personnes malades.

Les mesures de protection contre le COVID-19 (coronavirus) les plus efficaces sont détaillées sur le site de l'OMS

5. Faire de sa santé une priorité et renforcer son immunité
Les personnes dotées d'un bon système immunitaire sont plus à même d'éviter les maladies. Pour renforcer son immunité, il est conseillé d'adopter des habitudes saines ; il s'agit par exemple de boire beaucoup d'eau, de dormir entre 7 et 8 heures, de cuisiner des repas à base d'aliments complets et frais et de pratiquer un exercice physique régulier. 

 

Voyager après la levée des restrictions

Les mesures limitant rassemblements, voyages et déplacements dans des régions telles que l'Europe et les États-Unis vont engendrer de nombreux défis. Ainsi, on peut s'attendre à une forme d'engorgement une fois les restrictions levées de par le monde. Bien qu'il soit encore impossible d'en connaître les détails, nous savons cependant que cette situation ne sera que temporaire. En obtenant dès maintenant une ESTA pour un voyage d'affaires ou des vacances aux USA, vous n'aurez plus qu'à préparer vos valises une fois l'interdiction levée.

L'ESTA permettant de se rendre aux US sans visa est valable deux ans

Le Système électronique d'autorisation de voyage (ESTA) bénéficie d'une période de validité appréciable de deux ans, tandis que l'interdiction de se rendre aux US pendant 30 jours a pris effet le 13 mars 2020. En vous munissant d'une ESTA dès maintenant, vous serez en mesure de visiter les États-Unis dès la levée des restrictions.

Pour rester au courant des actualités relatives à l'ESTA, ajoutez notre blog en ligne à vos favoris. (LINK to blog) Puisque les restrictions de voyage liées au COVID-19 ne sont que temporaires, voici peut-être le moment venu de découvrir cette autorisation. Devenez incollable sur les voyages aux US sans visa jusqu'à 90 jours en consultant notre guide sur les voyages avec ESTA
 

Vous êtes fin prêts pour votre voyage aux Etats-Unis, faites votre demande d'autorisation ESTA dès maintenant. Pour plus d'informations concernant les conditions d'exemption de visa visitez notre Guide ESTA.

  • Travel 1
  • Travel 2
  • Travel 3