Nav small

Le plus célèbre monument d’Amérique: une fierté Française

Le monument le plus connu et le plus célèbre des États-Unis, une icône de liberté et d’espoir d'une vie meilleure pour de nombreux immigrants du dernier siècle, la "Statue de la Liberté" se trouve dans le port de New York et enchante tous ceux qui croisent son regard.

Les Américains savaient-ils qu’ils devraient nous être reconnaissants pour ce cadeau Français inestimable qui leur a été offert à l'occasion de la commémoration du centenaire de la «Déclaration d'Indépendance» en 1776.

Tout a commencé en 1865 par Edouard de Laboulayen militant intellectuel Français, et partisan de l'Union dans la Guerre Civile Américaine, qui a insufflé l'idée d'un monument dédié à l'Indépendance Américaine comme symbole de liberté "fait grâce aux efforts conjoints, le travail commun des deux nations". L'idée a été bien accueillie par le sculpteur Alsacien Auguste Bartholdi qui en 1869, était en mesure de concevoir un phare pour le gouvernement égyptien dans le canal de Suez, représentant une immense statue d'une femme vêtue brandissant une torche, "La Liberté éclairant l'Orient », mais le projet n’a jamais vu le jour.

Cette occasion s’est donc présentée pour Bartholdi comme le début du projet pour son travail "La liberté éclairant le monde" en 1870. Au cours de sa conception, l'Alsacien sculpteur fis plusieurs voyages aux États-Unis pour choisir le lieu qui conviendrait le mieux à un tel projet: Bedloe's Island (maintenant appelée Liberty Island) dans le port de New York, une petite île clairement visible de tous les navires et de la partie continentale, et considérée en quelque sorte comme "la porte de l’Amérique".

Selon l’inspiration iconographique qui a suivi Bartholdi il existe diverses interprétations: il ne faut surtout pas sous-estimer la théorie qui soutient le lien direct entre la Statue de la Liberté Américaine et la statue que le sculpteur Italien Pio Fedi avait créé en 1870 par le dramaturge Giovanni Batista Niccolini, dans la basilique Santa Croce à Florence, intitulée «La liberté de la poésie». En effet la statue de Fedi représente une figure féminine drapée encerclant la tête d’une couronne de huit rayons, avec son bras droit levé et tenant une chaîne brisée, tandis que la main gauche tient une couronne de laurier symbolisant la poésie. Même le style est similaire, l'universitaire du XIXe siècle a suivi les formes classiques. Pour confirmer cette thèse, Bartholdi dans la période de conception des croquis artistiques de ce travail, était en Italie pour combattre aux côtés de Garibaldi. En outre, le célèbre architecte Français Eugène Viollet-le-Duc, un ancien professeur de Bartholdi avec qui il a d'abord travaillé, avait à plusieurs reprises visité Florence à l'époque. Le travail de Fedi a été inauguré en 1883, le New Yorker en 1886.

Nous distinguons d’autres points en communs avec le «Grand Sceau de France», qui représente la "liberté" à travers l'iconographie d'une femme avec une coiffure septuple (représentant les sept mers et les sept continents du monde) et est le symbole de la République Française depuis 1848. D'autres chercheurs lui trouvent des liens avec l’œuvre d'Eugène Delacroix, «La Liberté guidant le peuple”, aujourd'hui exposé au musée du Louvre. Il est également dit que le visage de "Miss Liberty" (Surnom de la statue), caractérisé par des traits assez sévères, a été modélisé sur l'apparence de Charlotte, la mère de Bartholdi.

Les voyages de Bartholdi aux États-Unis visaient également à trouver un financement et un soutien idéologique pour le projet. Toujours dans ce but, le Comité de l'Union Franco-américaine a été fondé à Paris, par Edouard de Laboulaye le "créateur" du monument dans son sens idéologique, pour la collecte des fonds pour financer les travaux. Tous les moyens étaient licites pour se procurer de l'argent et ce fut dans une ville Française: des spectacles, des banquets, des articles dans les journaux, loteries ... C’est même l'un des premiers exemples de crowdfunding à des fins artistiques! De même, la collecte de fonds a été organisée même à l'étranger pour la construction de la base, qui, comme convenu, aurait lieu aux États-Unis.

Les travaux ont commencé en 1876 et le sculpteur Alsacien a longuement étudié le système de construction le plus approprié, en optant pour une technologie qui misait sur la légèreté (la hauteur totale des travaux a été fixée à 46 m). La statue a été faite d'une "âme" et d’un couvercle. Ce dernier est conçu de feuilles en cuivre forgé (d’une épaisseur de 2,4 mm) avec la technique «porte à faux». L'«âme» de l'œuvre a été initialement discutée avec le maitre Eugène Viollet-le-Duc, qui a pensé à une construction en brique. L’architecte est mort mais en laissant suffisamment d'informations sur la façon d'atteindre cet objectif, la collaboration avec l'ingénieur Alexandre-Gustave Eiffel (créateur de la tour parisienne), a apporté la structure de colonnes et poutres dans la structure réticulaire du projet.

Eiffel a également étudié un système d'ancrage de revêtement de la structure pour s’adapter à la dilatation thermique, que la chaleur de l'été et le froid de l'hiver apporterait sur les métaux, pouvant ainsi créer des problèmes majeurs. Le revêtement, par conséquent, est ancré à la structure par des supports spéciaux "labiles" qui, en plus d'assurer la stabilité, permettent également le mouvement pendant la dilatation. On peut appeler cela un exemple précoce de la construction du mur-rideau.

Encore une fois le revêtement a été isolé avec de l'amiante imprégné de gomme-laque pour empêcher la corrosion galvanique dû au contact entre les deux métaux utilisés. Les 300 grandes feuilles de cuivre ont été produites par la fonderie "Gaget, Gauthier et Cie" en 1878.

Pour accéder à la couronne et le point d'observation, Eiffel avait mis en place deux escaliers en colimaçon. Mais il a aussi donné accès au flambeau à travers une échelle plus petite.

Si au début Bartholdi avait pensé que la construction de la structure en maçonnerie sur l'île de Bed-loe, n’aurait lieu qu’après le revêtement, maintenant, avec le nouveau système de construction qui n’est plus autoportant, il devait plutôt assembler tout le travail en France puis le démonter pour ensuite le remonter aux États-Unis. De cette façon, en ce moment, il était en mesure d'effectuer les premières parties à l'étranger pour les exposer au public dans le but de soutenir la collecte de fonds: en 1876 la construction du bras tenant le flambeau était terminée et a ensuite été exposée à l"Exposition du centenaire" de Philadelphie, et au Madison Square Park à New York City plus tard. A Paris, la tête et les épaules tout juste terminés, ont été exposés à l'Exposition universelle de 1878, et, à partir de 1881 et 1884, l'ensemble de la statue a été assemblé et exposé dans la capitale Française.

En 1884, la construction de la base à New York a enfin vu le jour, conçu par l'architecte Richard Morris Hunt et construit par l'ingénieur Charles Pomeroy Stone. Le 17 Juin 1885, la statue totalement démantelée est arrivée à bord du navire français Isère, saluée par un grand parti. Mais pour finalement assembler le travail, il a fallu attendre l'achèvement de la base qui n’a eu lieu qu’en 1886, dix ans après la date de sa conception (le Centenaire de l'Indépendance Américaine). L'assemblée a eu lieu très rapidement, et la plupart des travailleurs concernés étaient des immigrants qui au fil des ans voyaient dans ce symbole leur renaissance.

Nous ne pouvons qu’imaginer les célébrations de l'inauguration le 28 Octobre, 1886, Bartholdi a grimpé au-dessus de la couronne et a attaché le drapeau Français, et des milliers d'Américains se sont retrouvés ensemble pour célébrer cela.

Gardez à l'esprit que notre "Miss Liberty", à son arrivée de France, est apparue sous une couleur brunie, le cuivre original. Tandis que la teinte verte qui la distingue de nos jours, elle l’avait prise au fil des ans, en raison de l'oxydation de la matière. Il a fallu donc une vingtaine d'années pour changer le look de la statue.

La statue a également fonctionné en tant qu’un phare dans la période allant de 1886 à 1902, bien que son objectif initial ne fût jamais d’être un phare, à cette fin un générateur d'électricité a été installé sur l'île.

Au fil des années, certains changements ont eu lieu, notamment en termes de restauration: le flambeau d'origine construit en 1876 a été remplacé en 1984 par une nouvelle réplique toujours en cuivre, mais couverte d'or, tandis que le flambeau d'origine est actuellement exposé dans l'atrium du monument. L'accès à la partie supérieure du flambeau a toujours été interdit jusqu’à 1916.

La statue a été déclarée comme monument national le 15 octobre 1924 et confiée à la gestion du National Park Service en Juin 1933. Après plusieurs périodes de fermeture et de réouverture du monument ou des parties de celui-ci, il est désormais possible de le visiter de diverses manières: il suffit de visiter Liberty Island (le voyage aussi associé à la visite d’Ellis Island) sans accès direct à la statue, visitez le stand ou même monter à la couronne et visiter le musée.

Le monument le plus célèbre, l'allégorie de la liberté, a été reproduite dans de nombreux endroits, à la fois en France et ailleurs. A Paris, une copie de 2,85 m de hauteur sculptée par Bartholdi lui même en 1889, a été exposée dans les jardins du Luxembourg en 2012; alors qu’une copie plus grande de 11,5 m de hauteur, se trouve près du Pont de Grenelle sur Allée des Cygnes, une île sur la Seine, près de l'ancien laboratoire de Bartholdi. Ce dernier, a fait don à la ville en 1889, il fait face à l'océan Atlantique prêt de «surveiller» la sœur lointaine. Il ya aussi une copie du flambeau, en taille-réelle, qui a été remise à l'occasion du centenaire de l'inauguration de la statue et qui se trouve maintenant dans la place de l'Alma.

Pour votre prochain voyage aux États-Unis n’oubliez pas d'avoir votre passeport valide et de postuler pour l'autorisation ESTA (à demander facilement en ligne). Si vous envisagez d’aller à New York, vous allez regarder le célèbre monument-symbole d’un œil plus examinateur, en pensant à ceux qui devraient être reconnaissants et à l’histoire de ce projet qui était à l'origine le symbole de l'amitié entre la France et les Etats-Unis.

Vous êtes fin prêts pour votre voyage aux Etats-Unis, faites votre demande d'autorisation ESTA dès maintenant. Pour plus d'informations concernant les conditions d'exemption de visa visitez notre Guide ESTA.

  • Travel 1
  • Travel 2
  • Travel 3